COVID 19

******************** LE COVID N’EST PAS UN VIRUS MAIS UN PARASITE ! Par Karen Kingston : « Les Vaccins ARNm sont de véritables poisons qui ne (...)

En savoir

D TRUMP

Y a t’il une conspiration mondial contre les peuples ? "L’état profond" ou "Deep State" désigne le monde de la haute-administration, des élites (...)

En savoir

Contact

Ne consulte plus. Yves CASSARD Mail : yc.naturo@gmail.com ***************************************************** Pour des consultations en (...)

En savoir

Informez-vous

Spiritualité

La guérison spirituelle

Peut-on penser qu’il existe un lien entre santé et spiritualité ?

Ce chapitre sur la guérison spirituelle doit intéresser ceux qui cherchent le pourquoi de cette vie terrestre et désirant en comprendre l’utilité quotidiennement.
Il devient fondamental que nous soyons de plus en plus nombreux à devenir
des piliers de lumière et de sagesse.

La SPIRITUALITE n’est pas un système religieux, mais une expérience naturelle qui permet à l’être de s’épanouir dans sa véritable grandeur. ELLE est une voie d’éveil et de croissance, une façon d’explorer nos dimensions à la fois plus profondes et plus élevées.

Tout se fait par amour.
J’ai compris que seul l’amour guérit.

Sainte Thérèse d’Avila.

Alexandre Imbert nous explique que les Bangladeshis font face à des maladies terribles comme le paludisme, la dengue, la typhoïde… Malgré tout cela, ils arrivent à avoir une espérance de vie de 71 ans.

Ils vivent de peu, mangent peu, dorment peu, travaillent beaucoup, mais prient beaucoup !

La spiritualité a donc une influence considérable sur la santé !

Une étude[1] de Julianne Holt-Lunstat, a justement montré que l’espérance de vie était principalement corrélée à la façon dont nous sommes reliés les uns aux autres.

  • Le fait d’avoir de la famille, des amis, des gens à qui se confier et sur lesquels on peut compter dans les moments difficiles.
  • Le fait, aussi, d’avoir de bonnes relations avec les commerçants, les habitants de son quartier, les personnes que l’on croise régulièrement à qui on peut dire bonjour et avec qui échanger quelques mots.

Elle en conclut que nous sommes tous reliés par des influences qui ont trait au domaine de l’invisible !

La physique quantique met en lumière la vérité sur notre monde, remettant en question l’univers « newtonien » qui était le fondement de notre réalité matérielle physique avec ses connaissances acceptées.

Nous observons aujourd’hui un rapprochement entre la science et la spiritualité par l’intermédiaire de la physique quantique et l’étude de la conscience, bouleversant nos connaissances anciennes.

La vraie connaissance est de connaître
l’étendue de son ignorance.

Confucius

Pour Ludwig Boltzmann[2], physicien autrichien « la matière peut être considérée comme un ensemble d’entités indivisibles ».

Niels Bohr[3], physicien, a largement contribué à comprendre la structure atomique et la théorie quantique. Niels Bohr, explique que ce que nous percevons comme notre monde matériel physique n’est pas du tout physique ou matériel, en fait, il en est même très loin.

« Si la mécanique quantique ne vous a pas encore profondément choqué,
alors vous ne l’avez pas encore comprise.
Tout ce que nous appelons réel est fait de choses qui ne peuvent pas
être considérées comme étant réelles »

Niels Bohr

Aujourd’hui, le monde de la physique quantique démontre que les atomes sont constitués de tourbillons d’énergie qui tournoient et vibrent constamment. Toute la vie est information et énergie et non pas juste de la matière. En fait, pour eux, tout dans l’univers n’est fait que d’énergie et ces physiciens étudient la relation entre la « conscience humaine » et sa relation avec la « structure de la matière ». L’univers n’est donc pas un ensemble d’éléments physiques, mais plus exactement un enchevêtrement d’ondes immatérielles mis en avant par les travaux d’Albert Einstein, Max Planck, et Werner Heisenberg.

Dans cette matière visible, les scientifiques nous disent que 99,9% de cette matière est composée de vide !

Max Planck[4] a déclaré qu’il considérait la matière comme dérivant de la conscience et que tout ce que nous considérons comme existant postule pour l’existence de la conscience. Pour lui, toute matière n’existe que de la part d’une « force » qui fait vibrer les particules de l’atome pour les maintenir en un seul morceau. Nous devons supposer que derrière cette « force » existe un « Esprit conscient et intelligent » et que cet « Esprit » est la matrice de toute matière. Pour Max Planck, rien n’est solide, tout n’est qu’énergie, il y a donc une partie visible de la matière et une autre « cachée » qui en est l’essence. C’est dans cette face cachée que les scientifiques étudient les phénomènes non physiques pour les mettre en lumière.

Pour Richard Conn Henry[5], la nouvelle physique reconnaît également que l’observateur crée la réalité, c’est ce que les scientifiques appellent "l’effet expérimentateur". En tant qu’observateurs, nous sommes personnellement impliqués dans la création de notre propre réalité et nous sommes bien obligés d’admettre que l’univers est une construction “mentale”.

Prenez-sur vous, et acceptez la conclusion incontestable.
L’univers est immatériel-mental et spirituel.

Richard Conn Henry

Pour Sir James Jeans[6], le flux de la connaissance se dirige vers une réalité non mécanique car l’univers ressemble davantage à une grande pensée plutôt qu’à une grande machine. L’esprit ne semble donc plus être un intrus accidentel dans le domaine de la matière, mais plutôt un créateur et un gouverneur du royaume de la matière.

L’univers m’embarrasse et je ne puis songer que cette horloge existe
et n’ait pas d’horloger.

Voltaire

Nassim Haramein[7] est le premier scientifique à avoir calculé le rayon du proton de façon aussi précise. Son équation prouve l’intrication de tous les protons de l’univers, ils sont donc connectés en temps réel quelle qu’en soit leur distance. Cette découverte ouvre la porte à l’énergie infinie du vide « énergie du point zéro » ainsi qu’à l’anti-gravité. Sa théorie des champs unifiés : « Rauscher métriques Haramein » et sa récente publication : « Le Proton Schwarzschild », posent les bases de ce qui est un changement fondamental dans notre compréhension de la physique et de la conscience. Pour Nassim Haramein, tout ce qui se passe dans les galaxies ou dans un proton, est la même chose que ce qui se passe dans le corps humain.

Aujourd’hui, de plus en plus de scientifiques ne considèrent plus la conscience comme le pur produit de notre cerveau, mais bien comme le support de notre âme. Y a-t-il un au-delà et avons-nous une âme promise à la vie éternelle ? Emmanuel Ransford[8] va plus loin et il nous propose un éclairage inédit sur l’au-delà et l’immortalité, en s’appuyant sur la science contemporaine. Emmanuel Ransford, montre que la conscience cérébrale s’enracine dans la réalité quantique et que cette conscience quantique rend plausible l’immortalité de l’âme.

Ainsi la vie serait beaucoup plus qu’un passage terrestre absurde et sans lendemain.

Une nouvelle vision de la science permet donc aujourd’hui d’avoir une plus grande ouverture d’esprit. C’est à nous de changer la situation de notre planète en de nouvelles valeurs, représentant le nouvel état spirituel planétaire. En ces termes, l’apocalypse[9] désigne le moment où il devient possible de changer de façon significative le monde actuel. L’apocalypse doit être comprise en s’investissant dans des actions positives et constructives multiples et pour changer cette dynamique, il faut obligatoirement avoir une approche collective.

Le but de tous ces travaux est de montrer que les pensées, les intentions ainsi que la prière peuvent directement influencer notre monde matériel physique.

1 - Biophotons

« Le jour où la science commencera à étudier les phénomènes non physiques, elle fera plus de progrès en une décennie que dans tous les siècles précédant son existence.
Pour comprendre la vraie nature de l’univers, il faut penser en termes
d’énergie, de fréquence et de vibration »

Nicolas Tesla (1856-1943)

En introduisant la notion de champs énergétiques et ondulatoires, la physique quantique montre que la biologie est fondée sur un couple matière/vibration, elle sort donc des descriptions basées uniquement sur des réactions chimiques et rejoint la nouvelle physique qui utilise le concept de champ d’informations.

L’existence de champs de rayonnements englobant et imprégnant les organismes biologiques a été proposée par de nombreux biologistes et physiciens. Le Dr Peter Gariaev[10] et son équipe ont étudié la nature et le fonctionnement du champ vibratoire créé dans l’organisme.

Dans les années 50, des physiciens italiens mettent en évidence que des plantes en phase de germination émettent un rayonnement. Ils en concluent que les plantes et les vertébrés émettent de la luminescence. Plus tard, le groupe Marbourg de Fritz-Albert Popp[11] a appelé ce phénomène biophotons. Fritz-Albert Popp a montré que les cellules absorbent et réémettent une lumière provenant du soleil et que notre « aura » proviendrait de ce phénomène. Dès qu’une quelconque tension s’installe, les cellules ne sont plus en mesure d’absorber et de réémettre la lumière et le corps physique présente des signes de faiblesses.

Le corps humain dégage donc des biophotons ou particules lumineuses aussi appelées quantas d’énergie. En 2009, Masaki Kobayashi[12], physicien, réussit à photographier l’émission de biophotons sur toute la surface du corps humain au repos. Les biophotons transportent des informations et les transmettent à d’autres cellules. Il a été constaté que l’intensité du rayonnement cellulaire change quand la cellule est agressée, endommagée ou qu’elle meurt. Avec sa température de 37°C, le corps humain émet, en plus des biophotons, un rayonnement IR (infrarouge) de l’ordre de 10 µm.

Dès 1974 et après plus de 12000 expériences, le docteur V.P. Kaznacheev[13] a mis en évidence que les cellules communiquent[14]. Le champ de biophotons d’un organisme émet dans l’environnement vers d’autres organismes. Le Dr V.P. Kaznacheev a montré que ces communications étaient effectuées au moyen de radiations de biophotons dont ils ont déterminé les caractéristiques.

De tout temps, les différentes religions ont toutes représenté des « individus sacrés » avec une lueur circulaire autour de leurs têtes. Ces « illuminés » avec une « conscience supérieure » avaient probablement une production plus élevée de biophotons. Vladimir Poponin[15] a observé que, dans une pompe à vide, des photons lumineux se déplacent naturellement de façon complètement aléatoire. En insérant de l’ADN humain dans la pompe à vide, les photons se mettent à suivre la géométrie de l’ADN. Nous sommes bien obligés d’accepter la possibilité d’un nouveau champ d’énergie.

En 2017, d’autres scientifiques[16] ont aussi montré que nos neurones communiquent par la lumière. Pour eux, les Biophotons pourraient avoir un lien important entre « notre conscience et notre Âme ». La découverte que notre cerveau produit de la lumière montre que notre conscience et notre esprit ne se trouvent pas à l’intérieur de nos corps physiques.

Il est probable que conscience et Âme communiquent avec notre organisme physique par l’intermédiaire de ces Biophotons. Il devient aussi fortement probable que plus nous produisons de lumière, plus nous nous éveillons et incarnons l’intégralité de notre conscience.

Nous arrivons dans cette vie pour servir au mieux l’humanité et créer quelque chose de plus grand que nous-mêmes en mettant en place des liens entre les êtres et les choses. Donc, créer du lien, c’est donner du sens à la vie, or ce sens est orienté vers la cohérence de tout système vivant. Les biophotons, par effet de cohérence, vont mettre en symbiose les cellules de chaque organe car une cellule qui ne vibre plus en cohérence dans son environnement meurt, ou nous apporte la maladie.

Le Dr Gariaev conçoit le génome des organismes supérieurs sous forme d’une grille holographique. La notion d’hologramme est apparue en physique lorsqu’on a découvert des figures lumineuses transmises par un objet éclairé et que ces figures ont été enregistrées sur film photographique. L’hologramme a l’avantage étonnant de conserver l’image de l’objet en 3 dimensions et de pouvoir la restituer. En fait, dans cette vision holographique tout ce qui est à l’extérieur de nous est comme ce qui est à l’intérieur. Le cerveau fonctionne de manière holographique et il construit le monde comme un hologramme, notre monde est donc une expression de nous-mêmes par résonance. Chaque être humain est donc un minuscule système solaire et, de ce fait, chaque corps physique correspond à un hologramme du système solaire.

Pour le neurobiologiste Karl Pribrames[17] ainsi que Peter Marcer[18], les hologrammes sont présents dans les organismes vivants et portent des informations. Ils ont démontré que les souvenirs sont enregistrés non pas dans la matière du cerveau mais dans son champ holographique. Karl Pribrames a montré[19] que quand le cerveau est détruit chez des animaux de laboratoire, ceux-ci gardent en mémoire les schémas permettant malgré cela de se nourrir. Nous avançons dans la compréhension de ce qu’est la conscience, d’où elle provient et des mystères qui se cachent dans la Lumière.

Pour ces scientifiques, comme pour Julianne Holt-Lunstat précédemment,
nous sommes donc tous reliés !

2 - Tous reliés

La pensée collective « égrégore ou forme pensée » est un phénomène connu depuis longtemps, souvent occulté par les religions et les organisations au pouvoir. Les égrégores tombés dans l’oubli, ont été redécouverts par le biologiste Rupert SHELDRAKE[20] qui les dénomme « Champs Morphogénétiques ou Champs Morphiques »

Avec nos pensées, nous créons le monde.
Bouddha

Sommes-nous tous reliés par « l’inconscient collectif » ?

En effet, des chercheurs qui participent au « projet conscience globale » sont en train de révolutionner les connaissances sur la conscience humaine.

Tout commence dans les années 60, ou un physicien, Helmut Schmidt, alors directeur de recherche des laboratoires Boeing aviation, aux Etats-Unis, obtient l’autorisation de faire des recherches en parapsychologie. Il invente alors le premier « générateur numérique aléatoire ».

Plus tard, Robert G. Jahn[21], fonda le P.E.A.R[22], un Laboratoire de recherche de Princeton sur les anomalies technologiques, avec pour objectif de comprendre les interconnections entre la conscience humaine et la matière.

En 1996, toujours au P.E.A.R de Princeton, le professeur Roger Nelson[23] met au point un générateur d’événements aléatoires, plus connu aujourd’hui sous le nom de « Egg ». Le Pr Nelson s’intéresse à la possibilité que cet appareil soit influencé non par une personne, mais par un groupe.

Dans une expérience de groupe, il réunit une trentaine de personnes avec l’Egg placé dans un coin de la salle d’expérimentation. Le Pr Nelson constate que lorsque tout le monde fait la même chose en même temps, méditer par exemple, alors la machine réagit comme si elle « captait » l’état d’esprit du groupe.

Roger Nelson en conclut que, dès lors qu’un groupe porte son attention sur un même événement, « l’esprit de groupe » devient cohérent car l’Egg réagit aux « émotions psychiques » de ce groupe. Il a alors l’idée de capter les manifestations de la « conscience humaine mondiale » grâce à un réseau d’Egg.

Le Dr Nelson fait envoyer des Egg un peu partout dans le monde et fin 2002, le parc est composé de 75 machines, dont deux d’entre elles sont installées en France. Toutes ces machines son reliées à l’ordinateur central de Princeton et celui-ci enregistre les données recueillies chaque fois qu’un événement collectif se produit. Il constate alors que plus l’événement est fort et médiatisé, plus la fluctuation de l’Egg est forte.

Partout dans le monde, lors des funérailles de Lady Di ainsi que le 11 septembre 2001 pour les Attentats du World Trade Center, les appareils enregistrent des variations du champ psychique planétaire vers des niveaux encore jamais atteints. Il en est de même à la suite d’informations sur des désastres naturels, comme des tremblements de terre, des inondations, des ouragans ou des incendies. Roger Nelson démontre ainsi que notre conscience s’étend dans un espace beaucoup plus vaste que les limites de notre cerveau. Il semble bien exister une conscience globale dont nous faisons TOUS partie.

Gregg Braden[24] nous explique que les États-Unis possédaient deux satellites appelés GOES, ils avaient pour mission de mesurer le champ magnétique de la Terre. Les données recueillies par ces deux satellites ne révélaient que des changements mineurs.

Mais le 11 septembre 2001, les scientifiques ont reçu des pics anormaux sur leurs courbes satellitaires, du jamais vu, et ils se sont demandé ce qui pouvait bien influencer à ce point le champ magnétique terrestre. Plus précisément, le premier pic est survenu un quart d’heure après que le premier avion ait impacté la première tour du World Trade Center à New-York.

Pour le monde scientifique, cette découverte montre que nos émotions ainsi que nos pensées peuvent avoir un impact sur le monde extérieur et pas seulement sur notre propre corps. La science a donc permis de voir que nos émotions et pensées influencent directement le champ magnétique terrestre. En conclusion, lorsqu’un groupe de personnes créent une émotion spécifique dans leur cœur, cette émotion modifie le champ magnétique de la terre. Ce qu’il est intéressant de constater, c’est que chaque être humain est relié à ce champ et que donc nous sommes tous reliés les uns aux autres. Le cœur humain est le plus puissant générateur électrique et magnétique de notre organisme, créant ainsi les champs électromagnétiques. Le chakra du cœur est notre centre, le trou noir qui nous permet de revenir à « La Source de tout ce qui EST ».

Pour Lynne McTaggart[25], il existe bel et bien un champ d’énergie reliant toutes choses et que des scientifiques nomment « le champ du point zéro », qui est situé dans l’espace entre les éléments et reliant tous les éléments de l’univers.

En conséquence, individuellement, l’important, c’est de mettre en place des sentiments comme la compassion, la gratitude, le pardon, créant ainsi l’harmonie dans nos cœurs et par voie de conséquence dans l’univers.

Il en résulte que la conscience humaine peut être un facteur majeur pour générer des changements importants sur la planète, qu’ils soit négatifs ou positifs. Il s’agit donc de créer notre réalité individuelle, afin qu’elle prenne sa juste place dans la Réalité Universelle.

Quand nous commencerons TOUS à envoyer, dans l’univers, des prières, des pensées d’amour, de guérison, eh bien cela modifiera considérablement les choses sur lesquelles nous envoyons ces intentions positives. L’état de paix universelle ne peut provenir que d’une prise de conscience d’abord personnelle pour s’étendre ensuite dans une dimension collective.

La « masse critique » est un concept simple mais extrêmement puissant qui consiste à ce qu’un groupe d’individus atteigne un nombre suffisant permettant d’arriver à un palier au-delà duquel se met en place une action irréversible. Quand on arrivera à cette masse critique de personnes de « bonne volonté », cela aura comme action d’apporter la paix, l’harmonie sur notre planète. Pour atteindre cet objectif, c’est dans notre prise de conscience au niveau individuel que se trouve la clé. Les estimations supposent qu’il suffirait d’atteindre la racine carrée d’1 % de la population terrestre pour obtenir un impact mondial. C’est ce qui a été aussi appelé « la théorie du centième singe ».

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe de personnes puisse changer le monde.
En fait, c’est toujours ainsi que le monde a changé »

Margaret Mead

3 - Psychologie quantique

Des grands noms de la physique quantique, comme David Bohm[26] ou Olivier Costa de Beauregard[27], pensent que l’Univers entier forme un immense « champ de conscience » dont nous sommes les infimes participants.

Jean-Pierre Petit[28] est un astrophysicien français. Pour lui, l’univers résulte de l’interaction entre deux mondes, un monde physique, tangible et un monde métaphysique. Notre psychisme n’est pas dans notre tête, ne se réduit pas à nos neurones, au contenu de notre boite crânienne. Les phénomènes appelés vie et conscience résultent de l’interaction entre ces deux entités, qui ont chacun leurs structures, leurs lois, ils co-évoluent.

En France, la communauté scientifique ne donne pas un écho favorable aux travaux de Jung en psychologie, de Rupert Sheldrake en biologie, de Jean Charon en physique et de bien d’autres chercheurs. Pourtant, le scientifique Émile Pinel[29] explique que la science arrive, à partir de la physique, à démontrer l’existence de la psychologie et de la parapsychologie. Mais aussi, pour Émile Pinel, lorsqu’un individu meurt, sa partie « matière » meurt mais pas sa partie « psychique ». Il s’agit d’une conséquence logique de ses équations.

Les physiciens de haute volée rejoignent ici les propos de Jung sur la relation psychisme et matière. Le Dr Cleveland Backster[30] et l’armée américaine démontrent comment les émotions affectent l’ADN. Les chercheurs ont prélevé de l’ADN d’une personne qu’ils ont placé dans un récipient scellé et porté dans une autre pièce. Ils ont ensuite stimulé les émotions du donneur par une série d’images vidéo. Pendant ce temps, on mesurait la réaction de l’ADN dans l’autre pièce.

Les résultats ont révélé que l’ADN réagissait comme s’il était toujours connecté au corps du donneur. Les émotions humaines ont donc bel et bien un effet sur la réalité. Notre organisme se trouve, de fait, dans un état d’équilibre en présence de pensées et d’émotions bénéfiques pour nous-mêmes et pour les autres, telles que le non-jugement, le pardon, la reconnaissance, la compassion ainsi que la tolérance.

Nous pouvons donc parler aujourd’hui de psychologie quantique.

Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas.
Blaise Pascal

4 - Le double

Pour Régis Dutheil[31], il existe un univers parallèle au nôtre dans lequel les particules vont plus vite que la lumière et, dans cet univers, s’accumule sans cesse de l’information.

La notion de « Double » est évoquée par de nombreuses civilisations ancestrales comme les Egyptiens, pour eux, le Double était le corps impalpable qui quittait le corps physique au moment de la mort.

Auteur de la théorie du « dédoublement de l’espace et du temps », Jean Pierre Garnier Malet[32], montre que nos pensées créent un futur potentiel dans un autre temps. En effet, chaque nuit, pendant le sommeil paradoxal, notre double arrange ce futur avant que l’on puisse le vivre. Imperceptible mais bien réel, cet autre « Je » peut nous guider à chaque instant, si nous avons la connaissance de ce concept et si nous le mettons en œuvre.

Oublie une fois dans ta vie tout ce que tu sais,
pour accepter une idée nouvelle !

René Descartes (1596-1650)

Il est donc possible de vivre sans souffrance, sans anxiété et pour atteindre cet état d’éveil nous devons comprendre que nous sommes nous-mêmes créateurs de ce bien-être futur. Savoir que demain sera meilleur qu’aujourd’hui même ne peut que réjouir le cœur. Le stress disparaît et, avec lui, les maladies qu’il déclenche.

La vie est donc créée par notre esprit et ce que nous percevons n’est qu’une création de notre pensée. Vu sous cet angle, c’est nous, « l’observateur », qui à tout moment, créons notre réalité, en fonction de nos pensées, désirs ou émotions. Dans notre vie, nous attirons à nous des événements, des personnes en résonance avec nous, pour nous faire grandir.

Toutes les pathologies graves commencent souvent par une dérégulation du sommeil, il est donc fondamental de maîtriser l’endormissement. Le soir, une fois bien installé dans son lit, au calme, il suffit donc de demander à son double « j’ai un souci de sommeil, peux-tu m’aider ? ». S’il y a un réveil pendant la nuit, il est nécessaire de recommencer cette requête. La solution viendra d’elle-même au maximum dans les 40 jours suivant la demande et il en est ainsi pour tout problème.

Concrètement, pour Jean-Pierre Garnier Malet, il faut, avant l’endormissement, en premier poser le problème et en second demander la solution à son « double de lumière ».

La croyance en Dieu est aussi stupide que l’incroyance.
Dieu est certitude.

Jean-Pierre Garnier Malet

Pour cela, il faut être dans l’abandon et dans la certitude qu’une bonne solution est déjà là. La solution nous arrive par une intuition, une prémonition, un événement, une rencontre et si nous sommes très attentifs à ces « signes », à ces « messages », nous recevons notre réponse.

Vous êtes maître de votre vie et qu’importe votre prison,
vous en avez les clefs.

Hervé Desbois 

5 - Méditation et neuroscience

Pour mieux gérer ses émotions, la méditation consiste à focaliser son attention sur un objet, sa respiration, une partie de son corps, sans se laisser distraire par ses pensées ou des stimuli extérieurs.

La neuroscience valide les capacités de guérison de la méditation. Élizabeth Blackburn[33]étudie les télomères qui sont des structures présentes à l’extrémité des chromosomes. En 1985, elle est codécouvreuse, avec Carol Greider[34] et Jack Szostak[35], de la télomérase, l’enzyme qui permet de rallonger les télomères des chromosomes.

Élizabeth Blackburn montre que le raccourcissement de nos télomères contribue au vieillissement et à la maladie. Pour elle, réduire le stress et améliorer le bien-être auraient des effets bénéfiques salutaires et bien documentés. De nombreuses études portant sur des personnes souffrant d’un stress chronique sévère constatent que leur manque de télomères est lié à la gravité de ce stress.

Elle a publié[36], en 2010, une étude sur la méditation, pratiquée de façon intensive pendant trois mois. La conclusion de cette étude montre, de façon significative, une augmentation de la sécrétion de la télomérase, ayant comme effet un ralentissement considérable du vieillissement des cellules.

Tout semble toujours impossible jusqu’à ce qu’il soit fait.
Nelson Mandela

Une étude a montré que plus les gens faisaient de l’exercice, plus leurs télomères étaient longs.

Les acides gras oméga-3 EPA-DHA ainsi que la vitamine D apportent un meilleur entretien des télomères.

Le Dr Sarah Lazar[37], en 2005, détectait déjà chez des « méditants » un épaississement du tissu cérébral du cortex préfrontal gauche impliqué dans les processus cognitifs, émotionnels et le sentiment de bien-être.

En France, Gaël Chételat[38] étudie les effets de la méditation sur le vieillissement cérébral. À l’université de Strasbourg en 2012, le docteur Jean-Gérard Bloch[39] a inauguré un diplôme « médecine, méditation et neurosciences ». Jean-Gérard Bloch s’est intéressé aux travaux du biologiste américain Jon Kabat-Zinn[40] qui a développé, dans les années 1970, la méditation dite « de pleine conscience (ou Mindfulness) ». Toujours en France, Christophe André, psychiatre à l’hôpital Sainte-Anne de Paris et auteur du livre « Méditer, jour après jour » fait également partie des précurseurs dans ce domaine.

Porteur du projet de recherche ERC[41], le Dr Antoine Lutz[42] vise à étudier scientifiquement la pratique de la pleine conscience en utilisant l’imagerie cérébrale, MEG[43], pour mesurer la neuroplasticité des processus de régulation des émotions. Antoine Lutz rapporte que les patients qui pratiquaient la méditation et avaient connu au moins trois dépressions avaient un taux de rechute réduit de près de 40%.

Une étude du Dr Herbert Benson[44] a analysé le profil des gènes de 26 adultes avant et après une formation à la méditation. Il a montré qu’en quelques semaines de méditation, l’expression des gènes associés à la sécrétion d’insuline a significativement augmenté en même temps que la production d’oxyde nitrique (NO).

L’effet Maharishi

La méditation de groupe nous montre aussi sa puissance car, pour la première fois, une expérimentation a été faite lors du conflit israélo-libanais au début des années 1980, dans les régions dévastées par la guerre. Cette étude consistait à réunir des personnes formées à la technique de la méditation transcendantale élaborée par Maharishi Mahesh Yogi[45] et bien entraînées à développer en elles un sentiment de paix.

Pendant les périodes où ces méditants « envoyaient » un sentiment de paix, le niveau de violence dans la région diminuait significativement. Les chercheurs en ont conclu que dans l’effet Maharishi, c’est la nécessité de la prise de conscience d’un nombre suffisant de personnes pour qu’un changement d’une situation donnée ait lieu.

À mesure qu’un nombre de plus en plus grand d’entre nous intégrera cette conscience, nous élèverons notre taux vibratoire et nous nous rapprocherons du seuil à partir duquel l’énergie spirituelle devient une force créatrice.

Puisque la haine ne cessera jamais avec la haine,
la haine cessera avec l’amour.

Bouddha

6 - Visualisation et pensée créatrice

Le plus noble emploi que nous puissions faire de la pensée est l’étude
des œuvres du Créateur…
L’émotion la plus belle et la plus profonde que nous puissions vivre est celle
du sentiment mystique.

Albert Einstein (1879-1955)

L’intelligence artificielle est un terme actuel qui est une autre façon de désigner ce que Norbert Wiener a initialement appelé « cybernétique ». Norbert Wiener[46] a introduit en science un modèle de rétroaction, notion ayant plusieurs implications, notamment dans les domaines de la biologie et de la psychologie. En 1951, il participe en France au colloque international sur « Les machines à calculer et la pensée humaine ».

Le paradis attend là, éloigné de vous que d’une pensée,
 mais vous seul pouvez la penser !

Cette science des analogies maîtrisées entre organismes et machines formalise la notion de feedback, une révolution qui allait toucher l’étude du cerveau humain, du système nerveux et musculaire. Le feedback visuel est un ensemble de procédures thérapeutiques qui utilise des instruments électroniques et électromécaniques pour mesurer avec précision les fonctionnements physiologiques qui sont ordinairement des évènements automatiques et non ressentis pour étudier, prévenir, réduire ou stopper différents symptômes physiopathologiques.

Cela a introduit la notion de visualisation créatrice qui consiste à suggérer à notre esprit des images mentales qui seront ensuite transmises à notre subconscient pour qu’ils les matérialisent.

Tout ce que l’esprit peut concevoir et croire,
il peut le réaliser.

Napoléon Hill

Aujourd’hui, nous avons des preuves scientifiques que la visualisation peut apporter la guérison car nos pensées sont créatrices de réalités physiques et matérielles. La pensée « seule » est donc capable, entre autres, de construire des muscles, de stimuler le système immunitaire …

Une étude vient de prouver que cette technique est efficace, car des chercheurs de l’Université de l’Ohio ont immobilisé, au moyen d’un plâtre, le poignet de 30 volontaires. Ces 30 participants devaient s’imaginer en train de faire tous les jours de la « musculation mentale ». 

Les chercheurs ont montré[47] que la force du poignet de ceux qui avaient fait de la « musculation mentale » était deux fois plus importante que celle du groupe témoin.

Vous ne pouvez pas toujours contrôler ce qui se passe à l’extérieur mais
vous pouvez toujours contrôler ce qui se passe à l’intérieur.

Dr Wayne Dyer.

Le Dr Carl Simonton[48] est reconnu comme ayant conçu et popularisé, au début des années 70, des techniques de visualisation créative à des fins thérapeutiques. Ses résultats ont mis en évidence que les patients qui guérissaient étaient des combatifs, des gens visualisant la guérison et se voyant réussir. Il montre aussi que même le médecin doit croire profondément à la guérison, au retour à la santé de son patient.

Le cerveau ne fait pas de différence entre une situation provenant de pensée et une situation réellement vécue. La visualisation créatrice permet donc d’apporter de véritables bienfaits ainsi que des changements positifs dans notre existence. Vous devez accepter votre situation si vous voulez avoir le pouvoir de la changer.

La visualisation créatrice permet à chacun de nous de prendre conscience de nos propres possibilités. Pour cela, il est nécessaire de pratiquer cette visualisation créatrice régulièrement pendant une quinzaine minutes, de préférence le matin au réveil et le soir avant l’endormissement.

Par exemple, dans le cas d’un cancer, la méthode du Dr Carl Simonton consiste à « visualiser » les cellules cancéreuses, de s’en faire une image aussi nette que possible dans son esprit. Ensuite, il est nécessaire de visualiser les globules blancs de son système immunitaire attaquant et détruisant les cellules cancéreuses, pour ne laisser que des cellules saines. Ces exercices de visualisation sont à faire plusieurs fois par jour en s’imaginant toujours voir ses cellules immunitaires comme une « tornade de particules blanches » s’abattant sur la tumeur. Chez un enfant malade, il faut lui demander de visualiser sa tumeur comme un fromage et que ses globules blancs (sous forme de petites souris) viennent manger ce fromage.

L’essentiel, dans la vie, c’est de savoir transformer une expérience désagréable
en une expérience heureuse.

Carson McCullers

Psychokinésie

Eugen Wigner[49] a suggéré à tous les chercheurs de prêter attention aux phénomènes de psychokinésie. Pour lui, l’essentiel étant de mettre en évidence le rôle entre conscience et esprit.

Pour Mario Varvoglis[50], la psychokinésie est la capacité à influencer mentalement un objet, un processus ou un système, sans l’utilisation de mécanismes ou d’énergie connus. La psychokinésie, c’est la force mentale qui permet de projeter dans l’univers des souhaits qui se réaliseront.

Il est difficile de découvrir de nouvelles vérités
et de les faire accepter.

Voltaire

Cette notion de visualisation ou pensée créatrice existe même chez les animaux. En effet, Konrad Lorenz[51] a montré que chez les oiseaux nidifuges, comme les oies grises, le poussin, dès la sortie de l’œuf, va identifier puis suivre comme son référent ou son parent le premier être mobile qu’il verra à la naissance.

Plus tard, le Dr René Peoc’h[52] reprit les travaux de Konrad Lorenz et, en guise de mère pour le poussin, utilisa un petit robot mobile, le tychoscope[53]. Ce robot (GNA) a la faculté de se déplacer de façon totalement aléatoire.

Le poussin, conditionné de la sorte, évolue librement avec l’appareil, dans un espace rectangulaire fermé par un cadre de bois. Le poussin suit les déplacements du mobile comme s’il s’agissait de sa mère.

Après quelques jours de conditionnement, le poussin est placé dans une cage transparente tandis que le tychoscope évolue, lui, toujours dans le cadre de bois placé contre sa cage.

René Peoc’h montre que le poussin influence le déplacement du mobile en l’attirant à lui par le seul fait de sa pensée. Les résultats de ces expériences sont statistiquement significatifs et laissent donc supposer qu’il y a effectivement un effet des poussins sur le tychoscope par leurs pensées.

Effet placébo ou nocébo

Le mot Placébo est issu du latin « je plairai » avec son contraire Nocébo « je nuirai ». On reconnaît aujourd’hui l’influence du mental sur l’organisme et les incroyables ressources d’auto-guérison dont dispose le corps humain. Une attitude positive ou négative de la part d’un individu peut donc être source d’effets bénéfiques ou indésirables sur la santé ou la maladie, le bonheur ou la malchance. Il est montré que les émotions positives peuvent conduire à une expérience enrichissante pour la personne émettant ces émotions et pour ceux qui les entourent. Il faut noter que dans toutes les expériences qui ont été menées, plus nous croyons aux pouvoirs placébo, plus les expériences réussissent.

Ce sont vos modes de pensées qui décident
si vous allez réussir ou échouer.

Henry Ford

Le placebo est une substance inactive dépourvue d’effet thérapeutique qui est administrée comme s’il s’agissait d’un médicament. Le premier test placebo documenté remonte aux études du scientifique naturaliste Benjamin Franklin, Père fondateur des États Unis.

Aujourd’hui, l’efficacité thérapeutique des médicaments doit être étudiée au moyen d’études cliniques contrôlées contre placébo, en double-aveugle et randomisées depuis le milieu du 20ème siècle. L’efficacité d’un médicament ou d’une thérapeutique doit donc être supérieure à celle d’un groupe de contrôle recevant un placebo. Cela reste un objectif difficile à atteindre et beaucoup de médicaments ne franchissent pas cette étape.

Selon Jean-Marie Besson[54], l’effet placebo représente en moyenne 30 % des réactions observées dans les études sur la douleur et parfois plus de 50 %.

Pour le Pr Jean-François Bergmann[55], l’effet nocebo peut produire de vraies maladies. Il a montré que 23% des patients atteints de sclérose en plaques recevant du sérum physiologique mais croyant recevoir de l’interféron ont développé la réaction fébrile signalée par la notice du médicament.

Une étude[56] a montré que le seul fait d’annoncer à des volontaires qu’ils allaient absorber un analgésique puissant active la libération d’endorphines lors d’une stimulation douloureuse.

Le Dr Joe Dispenza, dans son livre « Le placebo, c’est vous ! Comment donner le pouvoir à votre esprit », explique qu’il est possible de guérir par le seul pouvoir de la pensée. Il nous fait part de cas où des patients sont parvenus à inverser des dysfonctionnements majeurs en croyant simplement au pouvoir du placebo.

Nous ne cessons de chercher et chercher,
alors que tout est déjà en nous.

Don Miguel RUIZ

À l’inverse, avec l’effet nocébo, Joe Dispenza révèle aussi comment certaines personnes sont tombées malades et sont même décédées, après avoir reçu un diagnostic erroné de maladie mortelle. Dans l’effet nocébo, la personne ressent des effets secondaires indésirables en réaction à un produit inactif. L’effet nocebo s’explique donc par le fait que la personne s’attend à des effets indésirables comme conséquence du traitement.

Pour le Dr Bernie Siegel[57], le pouvoir de guérir vient de l’esprit humain par la volonté, la détermination et l’amour. Après avoir pris sa retraite de chirurgien, Bernie Siegel se consacre à rendre autonomes les personnes par le processus de guérison auto-induite.

Même si cela vous met mal à l’aise, partez avec vous-même
et passez du temps ensemble à vous connaître.
Vous pouvez constater que vous êtes une bonne compagnie.

Bernie Siegel

7 - Conscience et Âme

Le Dr Emmanuel Ransford montre que la conscience s’enracine dans la réalité quantique et que cette conscience quantique rend plausible l’immortalité de l’âme, la conscience est donc le support de notre âme. Nous avons aussi déjà vu que les biophotons pouvaient être un lien important entre « notre conscience et notre âme ». Que notre conscience et notre âme ne se trouvent pas à l’intérieur de nos corps physiques. Roger Nelson nous a montré que, grâce à un réseau mondial de machines « Egg », notre conscience s’étend dans un espace plus vaste que les limites de notre cerveau. Il existe donc bien une conscience globale dont nous faisons TOUS partie.

Nous ne sommes pas des être humains cherchant à vivre une expérience spirituelle,
nous sommes des être spirituels cherchant à vivre une expérience humaine.

Pierre Teilhard de Chardin.

La Conscience

Comme nous l’avons déjà vu avec Lynne McTaggart, il existe un champ d’énergie reliant toutes choses. Il en résulte que la conscience humaine peut être un facteur important pour générer de grands changements sur la planète.

La nature a un sens et donc une conscience,
et ce, même au niveau de l’électron.
Cette conscience est partout et en toute chose.

David Böhm

La glande pinéale ou épiphyse, considérée comme étant le « TROISIEME OEIL », se situe au milieu du cerveau humain ou elle produit une hormone, la mélatonine, sécrétée en l’absence de lumière. Elle régule aussi de nombreuses autres sécrétions hormonales. Elle jouerait un rôle particulier dans la protection de l’ADN, du système immunitaire ainsi que dans la glycémie et la Maladie d’Alzheimer. Les bêtabloquants abolissent la sécrétion nocturne de mélatonine.

La glande pinéale est remplie d’eau et c’est la partie la plus magnétique du corps humain. Elle capte ainsi des vibrations du spectre électromagnétique traduisant nos émotions, nos pensées, voire celles d’autres personnes au moyen de la télépathie. Ces phénomènes ont éveillé l’intérêt des scientifiques qui ont mis en lumière des fonctions en relation avec la physique et les phénomènes paranormaux.

Pour le Dr Sergio Felipe de Oliveira[58], neuropsychiatre, la glande pinéale est l’organe sensoriel de la médiumnité, avec l’aide des autres zones encéphaliques. Pour lui, cette petite glande pourrait être le mécanisme qui explique comment l’ÂME communique avec tous les systèmes physiologiques du corps humain. Platon, Descartes, Pythagore et bien d’autres pensaient que la glande pinéale était le siège de l’âme.

La glande pinéale est donc une antenne spirituelle qui semble être notre lien avec l’univers , « Le champ » comme le nommait Albert Einstein, et qui nous lie tous les uns les autres. L’homme est donc capable d’interagir avec ce champ par des voies comme la télépathie, … Développer la fonction de la glande pinéale est donc important car son action touche aussi bien le physique que la conscience.

De nos jours, lors d’un examen par IRM du cerveau, on s’aperçoit que la glande pinéale est très souvent calcifiée. Comme elle est remplie d’un liquide contenant des cristaux, la calcification fait en sorte que les propriétés de piézoluminescence ne peuvent plus s’exercer.

La calcification de la glande pinéale est principalement causée par le fluor qui provient des dentifrices, de l’eau du robinet et de l’eau en bouteille, des médicaments psychotropes comme le prozac mais aussi d’autres halogénures comme le chlore et le brome. Le magnésium possède la capacité d’inhiber l’absorption de fluorure dans nos cellules et pour vous assurer une bonne dose quotidienne, reportez-vous au chapitre sur le magnésium.

Le Pr Stuart Hameroff[59] avec Sir Roger Penrose[60] sont les co-auteurs du modèle de la conscience « Orch OR » (Orchestrated Objective Reduction), suggérant que celle-ci pourrait être issue d’un phénomène quantique, plutôt que de la mécanique classique. Ils pensent que cela pourrait se produire à l’intérieur des microtubules dans le cerveau et que la conscience est une propriété non locale, qui n’est donc pas un sous-produit du cerveau lui-même. Pour eux, il est plus que probable que nous ayons une âme quantique. Fondamentalement, cela signifie que les microtubules dans notre cerveau agissent comme des antennes pour la conscience.

Les dernières découvertes de Anirban Bandyopadhyay[61] soutiennent fortement le modèle de mécanique quantique montrant la base d’une explication de la conscience proposée par Stuart Hameroff et Roger Penrose.

En outre, les travaux du laboratoire de Roderick G. Eckenhoff, MD, à l’Université de Pennsylvanie, suggèrent que l’anesthésie, qui efface sélectivement la conscience tout en épargnant les activités cérébrales non conscientes, agit via les microtubules dans les neurones du cerveau.

Pour Patrice Brasseur[62], il y a 4 types de conscience et ces consciences se traduisent par différentes façons d’appréhender le monde qui nous entoure.

1/ La conscience de masse

Les individus qui évoluent dans ce type de conscience sont polarisés sur leur vie affective et émotionnelle . Ils sont donc facilement perméables aux idées et réactions de la masse, ce qu’on appelle communément l’opinion publique et se trouvent dans l’incapacité de faire quelque chose par eux-mêmes.

Ils sont réceptifs, sans aucune pensée ni raisonnement propre, à toutes les formes de pensées véhiculées par leur environnement, que celles-ci soient politiques, religieuses, idéologiques, socioculturelles… Sans idées personnelles et très réactifs émotionnellement, ils sont aisément manipulables.

Les personnes en conscience de masse sont dépendantes d’un chef, d’un dirigeant ou d’un homme d’église. La forme de regroupement prédominante est le clan, la famille, avec l’importance accordée au respect des règles, des traditions, des coutumes et des lois du groupe.

Il ne peut y avoir de remise en cause de ces règles et, en fait, l’individu totalement immergé dans la conscience de masse n’y pense même pas. Cette conscience a longtemps été la conscience dominante sur la planète.

Si elle est encore très présente dans de nombreux pays, elle recule de plus en plus avec le développement de la scolarité, des voyages et les moyens de télécommunications qui offrent, même à des individus isolés, d’autres modèles de vie que ceux qu’ils ont toujours connus.

Si l’individu n’a pas encore suffisamment développé son autonomie et si sa polarisation affective prédomine, il peut, par peur de ne plus être aimé et accepté des siens, faire marche arrière et replonger en conscience de masse.

2/ La conscience individuelle

La sortie de la conscience de masse se fait par le biais de la scolarisation, les voyages et l’accès à d’autres modèles de vie considérés comme plus attractifs. L’individu veut des choses, il veut posséder, acquérir, faire sien.

C’est le règne de la loi du plus fort.

L’évolution de la conscience individuelle se caractérise tout d’abord par un début d’indépendance vis-à-vis du milieu originel. L’individu sort du lot, se singularise, il commence à affirmer et à montrer une identité personnelle.

L’individu se sent une responsabilité envers ceux qui lui sont proches, qui font partie de sa sphère affective. Il va chercher à les conseiller, leur donner des idées, une direction, ce qui peut aller de la simple suggestion à l’imposition.

Pour autant, le développement de la conscience ne s’arrête pas là, car ce sens des responsabilités va s’étendre, poussé par l’influence des énergies spirituelles qui habitent chaque individu. Il peut alors s’investir dans des actions sociales, caritatives, voire humanitaires, il éprouve le désir d’aider les autres.

Sa conscience évoluant, son mode de vie change, il va faire attention à ce qu’il achète et consomme, à ce qu’il mange, il va chercher à améliorer ses relations avec les autres et être plus vigilant à l’influence émotionnelle et affective que ses mots et actions produisent sur autrui.

Cette grande qualité est une qualité de l’âme, indispensable à l’évolution de tout être humain. Son développement indique que l’individu est en train de sortir de la conscience individuelle pour passer en conscience de groupe.

3/ La conscience de groupe

Le début de la conscience de groupe est marqué par un effacement progressif des désirs personnels qui ont été jusqu’alors très présents dans la vie de l’individu, il aspire à autre chose.

Avec une présence grandissante de l’âme, l’individu se perçoit comme un habitant de la planète Terre et développe son sens de l’unité avec tout ce qui est. L’individu cherche à percer le sens de cette vie, doté d’un mental développé, il adopte une démarche scientifique.

Son rayonnement n’est plus un rayonnement qui a pour but de satisfaire ses désirs personnels mais c’est un rayonnement qui a pour effet de faire avancer la conscience chez les autres.

Il devient conscient qu’il n’est pas seul à réaliser ce travail, il coopère donc activement avec d’autres, étant relié avec eux sur les plans physiques, émotionnels et au niveau de l’âme.

4/ La conscience du Tout

Dans la conscience du Tout, nous percevons en nous la présence de « l’Âme ».

L’Âme

Ce que la tradition appelle « Âme » représente une petite partie de « l’Intelligence Universelle Divine », qui s’incarne dans une enveloppe biologique. L’âme est donc notre partie divine, la présence de DIEU en nous. La vie se manifeste au moment où l’âme intègre la matière et lorsque nous mourrons l’âme quitte le corps.

Le Henry P. Stapp[63] ne cherche pas à prouver l’existence de l’âme,
mais il dit que l’existence de l’âme s’inscrit dans le cadre des lois de la physique.

L’âme est la médiatrice entre Dieu et sa forme incarnée. La manière la plus explicite de désigner l’âme est peut-être de dire qu’elle est la qualité manifestée par toute forme. L’âme est la force d’attraction de l’univers . Quand elle agit, elle lie toutes les formes, l’âme construit la forme. 

L’âme est la source de connaissance divine à laquelle l’esprit, siège de notre conscience, peut se connecter, par la méditation ou la prière. L’amour, force dominante de la vie de l’âme, lui permet d’entrer en rapport avec toutes les autres âmes.

Chaque âme a son « ange gardien » qui est chargé de veiller sur elle. « Enquête sur l’existence des anges gardiens » n’est autre que le titre d’un des best-sellers écrit par Pierre Jovanovic[64] nous montrant l’implication de cet ange gardien pour notre âme.

De nos jours, les phénomènes « paranormaux » sont de plus en plus étudiés par les spécialistes des neurosciences dans le monde entier. Ces expériences dites extraordinaires font aujourd’hui l’objet d’études approfondies, voire d’enseignements dans des universités et des centres de recherche de prestige.

Le Dr Mario Beauregard[65] a demandé à quinze sœurs carmélites de prêter leur concours à une expérience scientifique. En examinant l’activité cérébrale de ces religieuses au cours de leur expérience mystique, il a découvert que les pratiques spirituelles sont reliées à plusieurs « régions et systèmes cérébraux ».

Les expériences de Mario Beauregard, révèlent la capacité des individus à entrer en contact avec une force objectivement réelle, un au-delà d’eux-mêmes. D’où les nombreux phénomènes psychiques qui demeurent inexpliqués par la science, tels que les « guérisons miraculeuses », l’effet placebo, les prémonitions, les expériences de mort imminente (EMI ou NDE), ou le sentiment d’union lors de la prière ou la méditation.

Le Dr Elisabeth Kübler-Ross a fait elle-même plusieurs expériences de mort imminente qui l’on fait accéder à ce tunnel et à cette lumière. Elle dit qu’une fois que vous êtes passé dans cette lumière, c’est une telle paix et un tel amour que lorsque vous « revenez à la vie », cela change toutes vos valeurs. Cela change la qualité de votre vie car vous savez que la mort n’est pas la fin mais une transformation dans une forme de vie différente.

Pour Elisabeth Kübler-Ross[66], les NDE seraient la preuve de la persistance de la conscience d’une personne, après sa mort clinique. Fortifiée par ces expériences de mort imminente, elle exprime sa foi en un au-delà. Pour elle, les valeurs spirituelles les plus élevées de la vie peuvent provenir de l’étude des NDE.

La mort est simplement une effusion du corps physique comme le papillon qui perd son cocon. C’est une transition vers un état de conscience supérieure où vous continuez
à percevoir, à comprendre, à rire et à grandir.

Elisabeth Kübler-Ross

Intuition et hasard

Les neurosciences le confirment : ni magie ni don, l’intuition est une forme d’intelligence présente en chacun de nous, c’est une petite voix intérieure qui nous conseille, c’est notre sixième sens. L’intuition c’est la connaissance directe et immédiate d’une vérité qui se présente à la pensée avec la clarté d’une évidence. Elle se manifeste souvent comme un sentiment profond de certitude absolue, qui nous traverse à la vitesse de l’éclair.

En général, lorsque l’on se trompe, c’est que notre décision fait suite à une réflexion mentale, une volonté, un désir ou une peur. Mais si cette décision est le fruit d’une intuition, nous ne pouvons pas nous tromper.

L’intuition pourrait donc être l’œuvre de notre âme, qui a une vision beaucoup plus lointaine et plus précise de notre avenir. Cette intuition serait donc un message envoyé par notre âme qui permettrait une conscience plus étendue et un avenir meilleur pour nous.

Voici un conte africain pour imager cette notion de conscience étendue :

« Un roi africain avait un ami d’enfance qui avait pour habitude de dire, dans toutes situations, positives ou négatives « tout est grâce ». Un jour, le roi et son ami partirent à la chasse. L’ami, en préparant les fusils pour le roi, fit une erreur et un des fusils explosa dans les mains du roi qui perdit un de ses pouces.

L’ami du roi dit, comme d’habitude « Tout est grâce ! ». Non dit le roi, il n’y a aucune grâce en cela et il le fit mettre en prison. Bien plus tard, le roi chassant hors de ses terres, fut capturé et emprisonné par des cannibales qui projetaient de le manger. Les cannibales s’aperçurent qu’il lui manquait un pouce. Une de leurs croyances était qu’en le mangeant, il leur arriverait inévitablement la même chose. Ils laissèrent donc repartir le roi. Sur le chemin du retour, il se souvint soudain des paroles de son ami « Tout est grâce ».

De retour dans son royaume, il se dirigea vers la prison pour raconter à son ami sa mésaventure. Le roi s’excusa de l’avoir mis en prison et son ami lui répondit : « Mais non, au contraire, tout est grâce » car si je n’avais pas été en prison je t’aurais accompagné à la chasse et moi, ils m’auraient mangé » !

Ainsi les événements que nous jugeons négatifs peuvent en réalité s’avérer bénéfiques avec le recul. En résumé, lorsqu’il nous arrive un problème posons-nous la question « est-ce un bien ou est-ce un mal ? » et essayons de trouver le côté positif même si cela ne parait pas évident de prime abord.

Les pensées positives agissent en profondeur sur le comportement et les gènes, mais seulement si elles sont en harmonie avec la programmation inconsciente.
Bruce Lipton[67]

Dans bien des cas, le hasard pointe le bout de son nez et déclenche des événements auxquels on ne s’attendait pas. Mais comme le hasard n’existe pas, il faut se demander si cela ne serait pas notre âme qui est aux commandes… Il est donc nécessaire d’être attentif aux signes du destin. Quand nous suivons nos intuitions, tout se déroule en douceur, « en pilotage automatique », comme si notre âme, qui nous protège et qui nous aime, orchestrait les évènements ou les gens, d’une main de maître. L’intuition est une source infinie de savoir, l’utiliser est le début de la confiance en soi.

Pour parler à votre âme, nul besoin de faire un rituel, une prière ou une méditation pour communiquer, vous pouvez vous adresser à elle tout simplement dans le silence de votre cœur ou à haute voix. Il suffit très simplement de lui demander d’interagir dans votre vie en faisant simplement la demande de ce que vous « souhaitez », sans oublier de la remercier.

Une période d’échec est un moment rêvé pour semer les graines du succès.
Paramahansa Yogananda

Philippe Guillemant[68], qui a écrit « La Route du Temps », mène aujourd’hui une recherche visant à réviser notre conception classique de l’espace-temps et de battre en brèche l’édifice de ce qu’il nomme « la science matérialiste ».

La Double Causalité (TDC) est le concept d’une Théorie de la Synchronicité impliquant un processus de Co-création de l’univers fondé sur le libre arbitre. Le hasard n’existant pas, la TDC serait capable d’expliquer de nombreux phénomènes étranges comme la synchronicité, les coïncidences et les intuitions.

La TDC s’intéresse à une seconde causalité ou rétro-causalité, déjà envisagée par Stephen Hawking[69] et par lequel nous cocréons la réalité par notre observation. L’influence du futur sur le présent[70], ou rétro-causalité, se traduit par un lien entre notre état d’esprit et certains évènements et par la manifestation d’un hasard laissant penser à l’influence d’un « esprit divin ».

Ce lien a été initialement introduit par Wolfgang Pauli[71] et Carl Gustav Jung[72] qui apportent une explication rationnelle à la synchronicité, débouchant sur un « pont » entre Science et Spiritualité.

Expérience de mort imminente et l’au-delà

L’expérience de mort imminente (EMI), Near Death Experience (NDE) ou Expérience de Mort Provisoire (EMP) pour le Dr Jean-Jacques Charbonier. L’expérience de mort imminente est une expérience dans laquelle une personne est morte cliniquement après un arrêt du cœur, un encéphalogramme plat et vit une expérience inconnue comme une rencontre avec ses proches disparus ou une sensation d’être en contact avec le divin, avant d’être ramené « à la vie » par les médecins.

Le Dr Charbonier[73] émet l’hypothèse que le cerveau n’est pas à l’origine de la conscience, il n’en est que le récepteur et il estime qu’il existe aujourd’hui suffisamment de preuves irréfutables et scientifiques de la vie après la vie.

Pour mieux comprendre le phénomène de NDE voici l’histoire de Georges Ritchie[74], médecin psychiatre de Charlotsville qui nous raconte comment, en 1943, il est « mort » à l’âge de vingt ans, après avoir contracté une pneumonie, dans une caserne du Texas.

Neuf minutes après avoir été déclaré mort par le médecin de garde de l’hôpital, il revint à la vie. Dans le livre « Retour de l’au-delà » ou « Return from Tomorrow », co-écrit avec Elizabeth Sherrill, le Dr Ritchie raconte l’expérience ; Il y rapporte sa rencontre avec un « être de lumière » et son voyage à travers différentes dimensions du temps et de l’espace. Ce personnage lumineux était la Puissance même et cette Présence était l’Amour inconditionnel. Il découvre aussi qu’Il sait tout de lui, qu’Il connaît sa vie dans les moindres détails. Georges Ritchie revoit toute sa vie en l’espace d’une seconde, de l’accouchement de sa mère jusqu’à cette rencontre fascinante. Cet être de lumière l’emmène visiter cinq autres réalités, que nous pourrions peut-être appeler l’enfer ou le paradis. Le Dr Ritchie est resté quatre jours inconscient avant de revenir « dans son corps sur terre ». L’histoire de Ritchie a permis la première rencontre entre lui et le Dr Raymond Moody.

« La mort n’est rien de plus qu’une porte,
quelque chose que vous traversez »

Dr George Ritchie

Suite aux travaux de Victor Egger[75] (1848-1909), les NDE ont été mises en avant avec les recherches du Dr Raymond Moody[76] (1944-2004) en 1975 et popularisées auprès du grand public au travers de son livre « La Vie après la vie », un best-seller qui s’est vendu à plus de trente millions d’exemplaires ! Raymond Moody a initié un grand mouvement de recherches sur les « expériences de mort imminente ».

Pour définir une expérience type, Raymond Moody dresse la liste d’une quinzaine de caractéristiques communes rapportées par les enquêtes qu’il a menées auprès des personnes ayant fait une NDE. Parmi ces caractéristiques les plus connues, il y a le fameux « tunnel », les « sentiments de bien être » et la « rencontre avec des êtres de l’au-delà, des êtres de lumière ».

Le Dr Rawlings[77], pour qui la religion ne représentait rien, se retrouva confronté un jour à un homme venu en consultation et qui s’effondre, victime d’une crise cardiaque dans la salle d’attente de l’hôpital. Le Dr Rawlings lui fit aussitôt un massage cardiaque. Le patient commença à revenir à la vie. Mais il traversa trois ou quatre autres périodes de mort clinique sans pouls ni respiration. A chaque fois que son pouls et sa respiration reprenaient, le patient criait « je suis en enfer ». Il était visiblement terrifié et suppliait le Dr Rawlings de l’aider pour ne pas y retourner. Totalement interloqué par ce qu’il venait de vivre, Maurice Rawlings rentra chez lui profondément bouleversé.

Il n’avait jamais entendu parler des histoires de NDE mais, à la suite de cet événement, le Dr Rawlings se mit à interroger systématiquement tous ses patients après leur opération. Il regroupa leurs témoignages sur leurs sorties hors du corps, les tunnels, la Lumière, les contacts avec les membres de leur famille décédés, les Anges, … qu’il publia dans son livre « Derrière les portes de la lumière ».

Comme Raymond Moody, il en conclut lui aussi que la vie ne s’arrête pas au moment de la mort physique et il apporta un nombre considérable de preuves supplémentaires qui démontrent l’existence d’une vie après la mort.

En conclusion : La mort n’existe pas. Notre corps physique se transforme dans un autre état, plus subtil, qui retourne au champ informationnel de l’Univers et de sa Conscience globale. Nous passons sur un autre plan vibratoire.

Réincarnation et Karma

LA REINCARNATION EST LE MOYEN D’EVOLUER.
LE KARMA, LUI, REND CE MOYEN JUSTE ET EQUITABLE
POUR TOUS.

La Réincarnation

Principalement chez les orientaux, la notion de réincarnation suggère que toute âme a plusieurs vies successives. L’âme s’incarne donc plusieurs fois dans un nouveau corps pour lui permettre de s’améliorer, d’évoluer sans cesse vers un niveau supérieur, vers la capacité d’aimer inconditionnellement.

Chaque corps physique nouveau possède tous les fruits de nos expériences passées, sous forme de dons, de qualités, de facilités chèrement acquises dans nos existences successives, sans compter l’amélioration physique due à une vie exempte d’excès et de pensées destructrices. L’homme, mieux armé, devient ainsi de plus en plus apte à maîtriser sa nature inférieure et ses désirs.

Pour le monde occidental, la notion de réincarnation a été introduite au siècle passé par Helena Blavatski, la fondatrice de la théosophie et plus tard par Rudolf Steiner, père de l’anthroposophie.

Ignorance, que de crimes et de bêtises on commet par ta faute.
BOUDDHA

Pour Helena Blavatski, la loi de réincarnation est la pierre angulaire de l’évolution humaine. Elle est la seule, ici-bas, qui permet de comprendre les inégalités de la vie. C’est elle qui peut faire naître une indulgence spontanée envers nos frères dont le sordide égoïsme nous inspire parfois une instinctive répulsion. Il suffit de nous rappeler que ce sont « des âmes jeunes ».

Cette loi nous révèle « la justice divine » en ce monde, malgré le triomphe apparent de la force ou de la ruse. Souvent on entend dire : « Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour être frappé de la sorte ? ». Ne rejetons pas nos malheurs sur le Créateur, car il n’y est pour rien. Nous sommes seuls coupables. « Nous récoltons ce que nous avons semé ».

Avec la loi de réincarnation, les bons, les modestes, les affligés pourront retrouver le calme et la sérénité. Elle peut aussi supprimer l’envie, niveler les castes, les races et nous permettre de comprendre les grandes intelligences humaines et le génie spontané. Ce génie n’est pas l’effet d’une prédestination mais il découle d’une longue suite de réincarnations. Par la loi de réincarnation, nous savons qu’un roi paye ses fautes en prenant la place de son serf dans sa prochaine vie.

Le bonheur de l’homme ne tient pas exclusivement dans la possession de telle ou telle chose, puisque le bonheur est un état de conscience qui consiste, en fait, à se contenter de ce que l’on possède ; À la condition que ce que l’on possède soit le fruit d’un travail honnête.

Choisissez un travail que vous aimez et
vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.

Confucius

Les Orientaux connaissent la réincarnation et ils savent que les maux qui les accablent sont le fruit, la facture d’un Karma individuel et/ou collectif. L’Occidental pense que l’Oriental est différent de lui ; or, seule la conception de la vie les différencie.

Pourquoi serions-nous les victimes d’un Dieu fantasque, distribuant dans l’arbitraire à certains la beauté, la force, l’intelligence, la richesse et à d’autres la misère, le malheur, l’idiotie, la laideur ?

Ces grandes lois consolatrices, Réincarnation et Karma, nous assurent que le bossu, la brute ne seront pas toujours ainsi et qu’un jour viendra où, comme dans les contes de fées, le prince charmant émergera de la bête.

Le Karma

Le karma ou dette karmique, résulte des conséquences de nos erreurs, de nos choix, des actions que nous avons faites dans cette vie ou dans des vies antérieures. Ce karma peut être personnel, familial... Chaque peuple a son Karma collectif et ce karma doit être vécu collectivement. Les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, les épidémies, les raz de marées, les tornades, ont le plus souvent pour origine un égrégore (réservoir de formes pensées) ou Karma collectif.

Chaque effet ressenti dans notre existence est le fait d’une cause antérieure. Et toute cause nouvelle que nous déclenchons sera suivie d’effet, soit dans cette vie, soit dans la suivante. C’est pourquoi nous voyons de braves gens rencontrant de nombreux problèmes qui accusent Dieu d’injustice. Nous pouvons voir également un individu tricher sans vergogne à qui néanmoins tout paraît réussir.

Il y a 2 raisons à cela :

  1. Nous envisageons les faits sur une période de temps insuffisante.
  2. Nous oublions les effets de l’accumulation. L’accumulation d’un bon Karma permet de profiter des bons effets, tant qu’il n’est pas épuisé. Mais nos mauvaises actions nous « rattrapent ».

Ce que nous avons fait dans le passé et dont nous sommes nous-mêmes directement responsables importe peu. Il est beaucoup plus important de s’occuper du moment présent et de saisir l’opportunité d’évoluer au travers de ces expériences passées. Car un jour viendra où grâce à toutes nos expériences réalisées, il ne sera plus nécessaire de nous réincarner.

Toujours pour Helena Blavatski, la loi de Karma, dite de compensation, a pour but d’équilibrer dans la plus stricte justice, nos mérites et nos démérites, nos bonnes et nos mauvaises actions, pour en retirer joies ou douleurs et former en nous « la voix de la conscience ».

Par exemple, la réussite matérielle n’apporte pas nécessairement le bonheur car il y a « des enfers dorés ». Ceux qui ont mal usé de leur richesse deviennent des pauvres comme ceux qui ont tué injustement sont tués à leur tour. Celui qui doit être victime rencontre toujours celui ou celle qui va lui faire subir le châtiment qu’il doit subir. Ce n’est pas accidentel si l’on est esclave, prisonnier de guerre ou que l’on subit des violences.

Il est plus facile de faire passer un chameau par le trou d’une aiguille
que de faire entrer un riche dans le Royaume de mon Père.

Jésus Christ

La richesse n’est pas toujours une bénédiction, car son utilisation est néfaste si elle n’est pas accompagnée par la sagesse. Cette richesse devient bénéfique à l’homme qui se considère comme le gérant et non comme le propriétaire absolu de sa fortune. Celui qui l’emploie avec bienveillance en proposant du travail contribue à élever la moralité et la joie des hommes de bonne volonté. Tout homme qui use de sa fortune avec sagesse est sûr de la conserver et même de l’augmenter considérablement. Il devient un agent des forces spirituelles dont l’argent est le support visible, le reflet physique. Acceptons donc les richesses matérielles dans notre vie mais jamais dans notre coeur.

C’est aussi cette loi de Karma qui nous contraint à nous réincarner dans tel milieu, telle famille, tel pays. L’homme qui aura, au cours d’une existence, cherché à éviter les obstacles, devra revivre ces expériences auxquelles il s’est soustrait, mais dans des conditions de plus en plus difficiles.

L’astuce pour nous consiste à :

  1. Ne plus générer de mauvais Karma ;
  2. Liquider celui que nous avons accumulé dans nos vies passées ;

L’homme possède donc le « libre-arbitre » mais, en bien comme en mal, il récolte ce qu’il a semé.

Le suicide

Dans les cas de suicide, les âmes connaissent notre seuil de résistance. L’expérience qui nous est proposée est toujours en adéquation avec notre capacité à supporter l’épreuve. Le suicide est donc considéré comme une fuite, une dérobade devant l’expérience, c’est pourquoi les suicidés errent après leur mort.

La haine

La haine doit cesser avec la réincarnation car deux êtres qui se haïssent seront souvent réincarnés en frère et sœur ou père et enfant. Ceci explique certains drames familiaux dont la tragédie nous échappe, seul l’amour peut réparer les fautes provoquées par la haine, avec l’expérience du pardon.

Égrégore ou forme-pensée

Si nous ne pouvons rien contre le Karma passé, notre liberté reste entière quant au Karma à venir. La réincarnation nous donne le moyen d’y échapper si toutefois nous avons la volonté d’y parvenir. Quand un grand nombre d’individus ont des pensées de beauté, de joie, d’amour envers leur prochain, il se forme dans le « iCloud humain » un « égrégore », c’est-à-dire « une forme-pensée vivante », nourrie de toutes les pensées individuelles.

Une bougie allumée en allume cent autres
sans rien perdre de sa flamme.

Conclusion

C’est en se connectant à son être intérieur que l’on peut savoir ce que nous devons naturellement faire et quelle est notre mission dans cette vie présente. Lorsque nous ne savons pas quelle est notre mission de vie, vers quelle activité nous devons nous former, il suffit tout simplement de demander de l’aide, donc d’en faire la demande à Dieu. Par ce biais, nous matérialisons dans le monde physique le chemin que nous nous sommes programmé depuis « là-haut » avant de nous incarner sur cette terre. Il nous faut aussi apprendre que c’est par la patience que nous pouvons contrôler notre destinée.

8 - DIEU

Ce que nous appelons DIEU est une force cosmique énorme, gigantesque, qui régit tout, qui est partout, qui est aussi à l’origine du monde. Chacun de nous en contient une infime parcelle et c’est elle qui survit après la mort du corps physique.

Toute personne qui est sérieusement impliquée dans les progrès de la science
devient consciente de la présence manifeste d’un esprit dans les lois de l’univers.
Un esprit largement supérieur à celui de l’homme en face duquel,
avec nos modestes facultés, nous devons nous sentir humble.

Albert Einstein.

Des grands noms de la physique quantique, comme David Bohm ou Olivier Costa de Beauregard, pensent que l’Univers entier forme un immense champ de conscience, d’une « Intelligence absolue », constitué d’énergie, mêlée à de l’information.

Notre mémoire cellulaire révèle que nous possédons, inscrit en nous, dans l’ADN de nos cellules, un programme pour notre existence entière. Nous ne sommes donc pas nés par hasard, mais pour accomplir individuellement un plan d’ordre universel.

Les travaux de Jean-Claude Perez[78] ont montré que tous les ADN du vivant sont formés selon la suite mathématique de Fibonacci . Il démontre que l’ADN possède une structure remarquablement orchestrée par l’ordre cosmique. Devant l’évidence graphique d’une structure globale et d’une harmonie de ces milliers de résonances, il traduit cette méta-structure en musique et réalise en 1994 le CD de « la première musique de gènes » (SACEM GEN0694).

En conséquence, ce que nous sommes amenés à conclure[79], c’est que tout le génome humain semble s’organiser selon l’architecture musicale du nombre d’or.

Dieu joue t-il de la musique ?

Les populations de codons de l’ADN semblent être régies à la fois par la musique et par le nombre d’or. Le compositeur écossais Stuart Mitchell[80] a révélé que l’ADN est une partition musicale cosmique opérant des triplés de rythme à plus de 3000 battements minute. Le chercheur Susumu Ohno[81] a montré que les séquences de base codant l’ADN peuvent être transformées en partitions musicales et inversement. Toute personne intéressée peut répliquer ces recherches[82] et[83].

Il y a de la géométrie dans le bourdonnement des cordes,
il y a de la musique dans l’espacement des sphères.

Pythagore

Tout notre Univers est donc un immense livre qui est régi selon les mêmes lois, les mêmes vibrations. Que ces lois soient intelligibles ou non dépend de l’évolution de conscience de chacun. Le « chercheur » qui ouvre le « Livre du Monde » peut trouver une véritable Révélation qui met en résonance le microcosme qu’est l’homme avec l’aspect macrocosmique de l’Univers.

L’homme peut alors entrer, à pas lents et mesurés, émerveillé de la permission qui lui est accordée de jouer sur l’échiquier d’un monde qui se perd dans la nuit des temps. Ainsi, l’on apprend à relativiser, on s’allège du poids des peurs, colères, jalousies, attachements qui immobilisent, en nous tournant vers notre propre Initiation.

Légende hindoue :

Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leurs divinités que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le trouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

Lorsque les dieux mineurs furent convoqués en conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre. » Mais Brahma répondit : « Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera. »

Alors les dieux mineurs répliquèrent : « Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans. »

Mais Brahma répondit à nouveau : « Non, car tôt ou tard l’homme explorera les profondeurs des océans et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface. »

Alors les dieux mineurs conclurent : « Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour. »

Alors Brahma dit : « Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher. »

Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

Ainsi, la Source du bonheur sur terre est cachée à l’intérieur même de chacun d’entre nous.

Tellement bien cachée que nous passons une grande partie, pour ne pas dire la totalité de notre existence, à nous agiter, en quête de petites satisfactions qui s’avèrent bien illusoires, tout cela finissant par nous enfermer dans une désespérance faite de désillusions, de lassitude, de jalousie ou de cynisme.

Et si, quelquefois, au lieu de nous morfondre dans notre désespérance, nous acceptions de tourner notre regard de l’extérieur vers l’intérieur, afin de rechercher en nous-même cette petite étincelle, cette « divinité » enfouie de la légende hindoue, cette part de Dieu qui, dit-on, anime toute chose ?

En cherchant le bonheur pour vous même, toujours il vous échappera.
En cherchant le bonheur pour les autres,
c’est pour vous que vous le trouverez.

Dr Wayne Dyer.

Il n’y a pas si longtemps encore, le « sens de la Vie » était fourni de l’extérieur : religions, dogmes, philosophie, politique, social, mais aujourd’hui, ce Sens doit être « inventé » individuellement. Cela signifie une descente dans les couches profondes de son Être et la prise de conscience des « moteurs » qui l’animent ; c’est la reconnaissance de tout ce qui le relie aux autres, au monde et à Dieu.

Telle est la vocation de l’homme : se délivrer de sa cécité.
Max Ernst

La prière et la loi d’attraction

Pour vivre ta vie il faut savoir faire des choix et cela donne un sens à ta vie.
Si tu suis le religieux ou la « spiritualité new-âge » tu suis ce qu’un autre a dit ou a fait.
La vraie spiritualité, c’est celle où il n’y a pas de « maître à penser »,
mais celle où tu es ton propre maître, ton propre chercheur.

Christian Cambois Bonnemaison[84]

La loi d’attraction, principalement rendue populaire par le film de Rhonda BYRNE « Le Secret », a en fait, la même définition que la prière. Prier signifie « demander ». Nous pouvons donc demander par la loi d’attraction ou la prière, mais dans les deux cas, c’est un moment de conversation entre nous et DIEU.

********************

Voir le film : "Le Secret" (1h30)

Lien vers la vidéo 

********************

La prière se retrouve dans toutes les religions et nous pouvons même prier sans religion. La prière répond au besoin profond de l’homme d’être écouté, soutenu, guidé car le but ultime de la prière est de recevoir des réponses de la part de Dieu. La prière est tellement simple qu’à partir du moment où une personne croit en Dieu, elle peut commencer à prier et recevoir des réponses.

Faire une demande ou une prière :

  1. Demander : Toutes les demandes ou prières devraient être des demandes spécifiques, sincères, car Dieu veut savoir ce que vous lui demandez précisément.
  2. Croire : Une condition positive pour que nos demandes soient exaucées, c’est la foi. La foi, c’est croire que nous avons reçu ce que nous avons demandé. Sans elle, la demande est inefficace. La Bible dit que nous devrions croire que nous avons reçu, et non pas que nous recevrons.
  3. Persévérance : Un autre aspect de la prière qui requiert notre attention est le fait que la prière demande de la persévérance et qu’il ne faut pas cesser de demander.

Pourquoi certaines demandes restent-elles sans réponse ?

· Au chapitre « intuition et hasard » nous avons vu que notre intuition pouvait être l’œuvre de notre âme, qui, elle, a une conscience plus étendue, une vision beaucoup plus lointaine et plus précise de l’avenir qui se profile pour nous. Nous avons vu également, avec le conte africain, que les âmes du roi et de son ami ont organisé l’accident de chasse avec la perte d’un doigt du roi pour les sauver tout les deux d’une mort certaine. Nous comprenons, avec ce conte, que notre âme orchestre les évènements longtemps avant leurs survenues.

· Au chapitre réincarnation et karma nous avons vu que la loi de réincarnation est la pierre angulaire de l’évolution humaine qui permet de comprendre les inégalités de la vie. Cette loi nous révèle « la justice divine » et, donc, que nous récoltons ce que nous avons semé. N’oublions pas que, dans cette incarnation présente, nous devons réaliser la mission que nous avons programmée avant de nous incarner sur cette terre.

En conclusion, par la loi de réincarnation, nous savons qu’un roi paye ses fautes en prenant la place de son serf dans sa prochaine vie. Dans cet exemple, le roi devenu serf peut faire beaucoup de prières pour recevoir de l’argent mais, bien évidemment, les prières resteront sans réponse.

· Autre exemple : si une personne a conscience des péchés dans sa vie et qu’elle n’est pas prête à se pardonner et/ou s’en séparer, Dieu n’exaucera pas ses demandes.

La petite voix

Une journée commencée "du bon pied", c’est ce qu’il nous faut à tous, mais avec les contraintes du quotidien ce n’est pas toujours aussi simple à réaliser. Le livre d’Eileen CADDY « la Petite Voix[85] », avec ses 365 méditations quotidiennes, nous apporte une grande aide pour y parvenir. Ce livre de chevet est une voix intime et calme qui nous guide chaque jour sur le chemin de notre vie.

Au fil du temps, inspiration, paix, tranquillité et sérénité nous accompagnent. Nous retrouvons ces valeurs spirituelles souvent répétées au fil des pages, qui, insufflées au fil du temps dans notre subconscient, finiront par faire partie intégrante de notre vie. Lire chaque jour un petit texte nous élève, nous rend plus légers, plus optimistes et nous aide à rester centrés sur l’essentiel.

Extrait tiré du livre : « La petite voix », méditation quotidienne de Eileen Caddy.

1/ Te rends-tu compte que ce que tu fais, ta manière de vivre et de penser, peut aider ou aggraver l’état du monde ? Cesse d’être attiré dans le tourbillon du chaos et de la confusion, de la destruction et de la dévastation et commence dès maintenant à te concentrer sur la merveille et la beauté du monde autour de toi. Remercie pour tout. Bénis toutes les âmes que tu rencontres. Refuse de voir le pire en chacun, dans les choses ou dans les conditions extérieures et recherche toujours le meilleur. Ce n’est pas comme une autruche qui se cache la tête dans le sable et refuse de voir les réalités du monde. C’est simplement chercher le meilleur en tout et en tous et te concentrer dessus. Tu es un tout petit monde à l’intérieur de toi-même. Quand il y aura paix, harmonie, amour et compréhension là, tout au fond de ton petit monde, cela se reflétera dans le monde extérieur tout autour de toi. Lorsque tu peux le faire, tu commences à contribuer et à remédier à la situation du monde.

2/ Prie sans cesse ! Que ta vie soit une constante prière d’amour et d’action de grâce. La vie est infiniment bonne, mais souviens-toi toujours qu’elle est ce que tu en fais. Donc, si tu es négatif, tu attires à toi la négativité et un nuage noir vient recouvrir ta vie, te séparant de ce bien le plus grand. Si tu es constamment positif, si tu vois le bon en tout et en tous, il y a du ciel bleu et du soleil tout autour de toi et en toi. Emplis ta vie d’amour, de foi, d’espoir et de plénitude. Apprends à aimer la vie, car lorsque tu le fais, ta vie est une prière constante et tu pries, en vérité, sans cesse. La prière est la nourriture de l’Esprit, le nourricier de l’âme. C’est un profond besoin intérieur en chaque âme. Ressens ce besoin intérieur et réponds-y !

3/ Vise haut ; plus tu vises haut, mieux c’est. Même si tu n’atteins pas chaque fois cet objectif élevé, au moins te trouveras-tu étiré à l’extrême de tes limites. Attends-toi toujours au meilleur dans la vie ; visualise-toi en train de le recevoir ; et remercie éternellement. Souviens-toi que Je sais ce dont tu as besoin, avant même que tu ne demandes, et que tous tes besoins sont merveilleusement comblés. Comme tu es béni de connaître ces vérités merveilleuses et d’être capable de les laisser pénétrer dans les profondeurs même de ton être, de te rendre compte des énormes changements, de la croissance et de l’expansion constantes à tous les niveaux. Tu sais que tous les bouleversements dans le monde, qui doivent se produire - car l’ancien doit s’en aller pour faire de la place au nouveau, ne causeront aucun mal aux âmes qui ont appris à mettre toute leur foi et toute leur confiance en Moi ; tu sais sans l’ombre d’un doute qu’avec Moi toute chose est possible.

9 - Synthèse

Alors que le monde scientifique était dominé auparavant en majeure partie par des agnostiques et des athées, aujourd’hui de plus en plus de scientifiques croient en l’existence d’un créateur divin.

Voici ce que quelques scientifiques de renom ont confessé :

J’appartiens au nombre de ces chercheurs qui ne souscrivent pas à une religion conventionnelle, mais refusent de croire que l’Univers est un accident fortuit. L’Univers physique est agencé avec une ingéniosité telle que je ne puis accepter cette création comme un fait brut. Il doit y avoir, à mon sens, un niveau d’explication plus profond. Qu’on veuille le nommer " Dieu " est affaire de goût et de définition.
Paul Davies[86]

Plus nous en apprenons sur l’univers, plus l’hypothèse d’un Dieu créateur ayant conçu l’univers dans un dessein précis gagne en crédibilité et se révèle la meilleure explication à notre présence ici.
Pr John Carson Lennox[87]

L’astronomie nous mène vers un évènement unique : un univers créé à partir de rien, un univers dont un équilibre parfait dans les lois de la physique est requis afin de permettre la vie et un univers qui est le résultat d’une volonté sous-jacente, ou plutôt surnaturelle.
Arno Allan Penzias[88]

Je crois en Dieu et en réalité en un dieu qui interagit avec la création. Je pense que les observations sur l’ordre de l’univers physique ainsi que l’ajustement exceptionnel des conditions de l’univers qui rend possible la vie humaine suggèrent qu’une intelligence existe. Je crois en Dieu du fait d’une foi personnelle mais une foi qui ne rentre pas en conflit avec ce que je connais de la science.
William Daniel Philips[89]

Derrière chaque plan il y a une intelligence et l’ordre parfait de l’univers témoigne de la véracité de la plus majestueuse des citations : « Au commencement Dieu créa l’univers ».
Arthur H. Compton[90]

Un ajustement stupéfiant se produit dans les lois de l’univers, rendant la vie possible. En réalisant cela, il est difficile de ne pas utiliser le terme “miracle” sans prendre position sur le statut ontologique de ce monde.
George Ellis[91]

Une interprétation de bon sens des faits suggère qu’une super intelligence interagit avec la physique, la chimie et la biologie et qu’il n’y a aucune force aveugle dont il serait intéressant de parler dans la nature. Ces faits sont si accablants que cette conclusion n’est presque pas une question à soulever.
Fred Hoyle[92]

Je trouve qu’il est aussi difficile de comprendre qu’un scientifique ne reconnaisse pas la présence d’un être supérieur derrière l’existence de l’univers qu’un théologien qui renierait les progrès de la science.
Wernher von Braun[93]

Melchisédech

Nous pouvons faire la synthèse de « La guérison spirituelle » en écoutant les paroles de Melchisédec[94].

Pour Melchisédec, c’est lorsque nous avons un sentiment d’insatisfaction qu’il devient nécessaire de découvrir notre raison d’être. Sachant que nos propres réponses sont déjà inscrites en nous et que c’est dans ce que nous aimons, dans ce que nous savons faire et dans ce que nous aimerions faire que se trouve la solution.

Cette mission ne se réalise pas par un processus de réflexion logique, mental, mais part notre intuition associée à la reconnaissance de nos talents particuliers, de ce que nous réussissons le mieux ou de ce que nous prenons le plus de plaisir à faire. Notre raison d’être sur cette terre nous arrive quand nous en devenons conscients, alors seulement, le sens de la vie nous apparaît.

Notre raison d’être doit être pleine de joie et de plaisir, car le plaisir est une piste sûre pour nous conduire à notre mission qui est notre contribution à la création du monde. Si nous sommes fidèles à notre raison d’être, nous vivrons la vie avec plénitude et cela est le signe que nous sommes bien sur notre chemin.

Quand nos actions seront en accord avec notre raison d’être, nous trouverons un sens à notre vie et nous nous sentirons portés par une énergie fluide et joyeuse alors nous nous approcherons de la conscience universelle.

Chacun d’entre nous co-créons notre réalité personnelle et collective. Choisirons-nous de co-créer à partir d’un état de peur ou mieux à partir d’un état d’amour ? Le choix nous appartient. Il est temps maintenant que les humains comprennent que Dieu est Amour, que son Amour est éternel, immuable et qu’il habite le cœur de tous les hommes sans exception !

Rappelle-toi toujours que le voyage compte plus que le but car
le bonheur est un chemin à emprunter, pas un aboutissement.

Melchisédech

En conclusion, notre existence doit donc être libre de tout conflit, de tout jugement avec nous-même et avec autrui.

Nous voyons que nous avons le pouvoir de créer l’enfer, comme nous pouvons créer le paradis. Il nous est ainsi plus facile de changer à tout moment notre perception de la réalité en utilisant notre intuition, nos rêves, notre imagination. Oublions le passé et laissons Dieu s’intéresser au futur, il est beaucoup plus compétent que nous.

Maintenant commence une nouvelle compréhension, un nouveau rêve, car la vie peut devenir très facile lorsque l’amour devient notre mode de vie.

La clé pour y parvenir
c’est de donner son amour, sa confiance, son temps...
"Donner, c’est tout ce qui compte".

[1] Julianne Holt-Lunstat, chercheuse à l’université Brigham Young, Utah.

[2] Ludwig Boltzmann (1844-1906), physicien et philosophe autrichien, est considéré comme le père de la physique statistique.

[3] Niels Henrik David Bohr, (1885-1962), physicien danois, prix Nobel de physique de 1922. Connu pour son apport à la mécanique quantique. Son fils, Aage Niels Bohr (1922-2009) physicien, a aussi été colauréat avec Ben Roy Mottelson et James Rainwater du prix Nobel de physique de 1975.

[4] Max Planck (1858-1947), physicien, lauréat du prix Nobel de physique de 1918. Il a reçu la médaille Lorentz en 1927 et le prix Goethe en 1945. Il fut l’un des fondateurs de la mécanique quantique.

[5] Richard Conn Henry (né le 7 mars 1940), professeur de Physique et d’Astronomie à l’Université John Hopkins. (R. C. Henry, « l’univers mental » ; Nature 436 : 29, 2005).

[6] Sir James Hopwood Jeans (1877-1946), physicien, astronome et mathématicien.

[7] Nassim Haramein, physicien. Le « Proton Schwarzschild » a récemment reçu le prestigieux prix « Best Paper Award » dans le domaine de la physique, la mécanique quantique, la relativité, la théorie des champs, et la gravitation. Fondateur de l’organisation à but non lucratif, « theresonanceproject ».

[8] Emmanuel Ransford Polytechnicien de formation, physicien et chercheur indépendant spécialiste de physique quantique. Son dernier ouvrage, intitulé "Les Quanta, l’Invisible et l’Au-delà", éditions Guy Trédaniel.

[9] Apocalypse qui signifie « révélation » en grec.

[10] Dr Peter Gariaev, Académie russe des Sciences naturelles et de l’Académie des Sciences médicales

[11] Fritz-Albert Popp a obtenu un doctorat en physique théorique à Mayence, et occupé un poste de professeur à l’université de Marbourg, il est le fondateur de la société Biophotonics.

[12] Masaki Kobayashi, physicien à l’Institut de Tohoku à Sendai au Japon.

[13] Dr Vlail P. Kaznacheev, Institut de médecine clinique et expérimentale de Novossibirsk en Russie.

[14] Référence russe : V.P. Kaznacheev, L.P. Mikhailova, Ultraweak Radiation in Cell Interactions, 1981, Nauk.

[15] Dr Vladimir Poponin, physicien quantique à l’Institut de physique biochimique de l’Académie des sciences russe.

[16] https://arxiv.org/abs/1708.08887

[17] Karl H. Pribram (1919-2015). Professeur à l’université Stanford, et pionnier de la recherche sur le cortex cérébral.Chercheur en psychologie et sciences cognitives à l’université de Georgetown, Washington (États-Unis).

[18] Peter Marcer, diplôme en physique théorique à l’Université de Birmingham et un doctorat au Trinity College d’Oxford. Il a publié plus de 75 articles de recherche principalement sur l’holographie quantique. (Mathematically specified template for DNA and the Genetic Code in terms of the physically realisable processes of Quantum Holography, 1996, Proc. Symposium Living Computers, University of Greenwich°)

[19] Languages of the Brain, 1971.

[20] Rupert Sheldrake, parapsychologue anglais, titulaire d’un doctorat en biochimie de l’université de Cambridge.

[21] Robert G. Jahn, professeur de technologie aérospatiale et doyen de l’École des sciences appliquées de l’université de Princeton.

[22] P.E.A.R, Princeton Engineering Anomalies Research.

[23] Le Dr Nelson, Pr de psychologie au Johnson State College est directeur du « Global Consciousness Project (GCP) »

[24] Gregg Braden, ingénieur aérospatial, livres « L’Éveil au Point Zéro : l’Initiation collective », et « Marcher entre les mondes »

[25] Lynne McTaggart, conférencière, journaliste, auteure et éditrice. Six de ses livres ont été primé, dont les bestsellers mondiaux « Le Champ de la cohérence universelle », « La Science de l’Intention », « Le lien quantique » tous maintenant traduit dans 30 langues.

[26] David Joseph Bohm (1917-1992). Proche d’Albert Einstein, physique théorique, philosophie et neuropsychologie.

[27] Olivier Costa de Beauregard (1911-2007). Directeur de recherche émérite au CNRS.

[28] Jean-Pierre Petit, scientifique français spécialiste en mécanique des fluides, physique des plasmas, magnétohydrodynamique et en physique théorique. Il a été directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et astrophysicien à l’observatoire de Marseille.

[29] Émile Pinel (1906-1985) ami d’Albert Einstein. Diplômé d’Études Supérieures de Mathématiques ; Docteur ès Sciences Mathématique (G.-B.) ; Docteur en Médecine Physique (U.S.A.) ; Directeur d’Études à l’Université de Paris ; Collaborateur Scientifique Techniques du Ministère de l’Air.

[30] Dr Grover Cleveland Backster (1924-2013), spécialiste des interrogatoires de la CIA. Étude publiée par Julie Motz, Advances 1993, 9.

[31] Régis Dutheil était agrégé de physique, professeur de physique à la faculté de médecine de Poitiers et chercheur à la fondation Louis de Broglie. Auteur d’un livre intitulé « L’Homme superlumineux » (Ed. Sand, Paris).

[32] Jean Pierre Garnier Malet, physicien en mécanique des fluides : http://www.garnier-malet.com/.
Livre : La force de l’invisible - La science du dédoublement du temps.

[33] Elizabeth Blackburn, prix Nobel de médecine en 2009. Chercheuse à l’Université de Californie, à San Francisco. En 2007, elle a été classée par le Time Magazine parmi les 100 personnes les plus influentes dans le monde.

[34] Carol W. Greider, est une biologiste moléculaire américaine. Prix Nobel de physiologie ou médecine 2009 avec Elizabeth Blackburn et Jack Szostak.

[35] Jack Szostak, généticien, travaille au Massachusetts General Hospital de Boston.

[36] Jacobs TL - PMID : 21035949

[37] Dr Sarah Lazar du Massachusetts General Hospital, à Boston (États-Unis)

[38] Gaël Chételat, directrice de recherches en neuroimagerie à l’Inserm de Caen.

[39] Jean-Gérard BLOCH, rhumatologue, instructeur MBSR « Réduction du stress basée sur la pleine conscience ».

[40] Jon Kabat-Zinn, professeur émérite à la faculté de médecine de l’université du Massachusetts, a fondé le Centre pour la « pleine conscience en médecine ».

[41] European Research Council (ERC) Consolidator Grant (2014-2019)

[42] Dr Antoine Lutz, directeur de recherche à l’INSERM, Centre Inserm des neurosciences de Lyon.

[43] MEG, intracortical EEG et IRMf

[44] Dr Herbert Benson, cardiologue, professeur de médecine à la Harvard Medical School et directeur émérite de l’Institut Benson-Henry.

[45] Maharishi Mahesh Yogi, maître spirituel indien fondateur du mouvement de Méditation transcendantale.

[46] Norbert Wiener (1894-1964), mathématicien américain, chercheur en mathématiques appliquées. Livre « Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine »

[47] Brian C. Clark - PMID : 25274345.

[48] Le Dr Carl Simonton, cancérologue américain, livre : « Getting Well Again » (1992) et « Guérir envers et contre tout ».

[49] Eugene Wigner (1902-1995), physicien théoricien. Eugene Wigner, Maria Goeppert-Mayer et Hans Daniel Jensen partagèrent le prix Nobel de physique en 1963.

[50] Mario Varvoglis, Président de l’Institut de Métapsychique International.

[51] Konrad Lorenz (1903-1989), biologiste et zoologiste, professeur à l’université de Königsberg, en 1973 il reçoit, conjointement avec Karl von Frisch et Nikolaas Tinbergen, le prix Nobel de physiologie ou de médecine.

[52] Dr René Peoc’h, docteur en Sociologie et docteur es sciences naturelles, spécialiste de l’étude du comportement animal.

[53] Tychoscope : Mobile se déplaçant de façon aléatoire selon un Générateur Numérique Aléatoire (GNA), système électronique servant à générer des nombres aléatoires.

[54] Jean-Marie Besson, directeur de l’unité de neurobiologie de la douleur de l’Inserm.

[55] Pr Jean-François Bergmann, chef du service de médecine interne de l’hôpital Lariboisière.

[56] Wager TD - PMID 14976306.

[57] Dr Bernie Siegel, professeur clinicien adjoint de chirurgie générale et pédiatrique à la retraite. Livre « Amour, médecine et miracles ».

[58] Dr Sergio Felipe de Oliveira, chercheur dans le champ des neurosciences, titulaire d’un magistère en sciences, directeur de la clinique « pineal mind », Docteur en Médecine à Sao Paulo au Brésil.

[59] Stuart Hameroff, professeur au département d’anesthésiologie et de psychologie et directeur du Centre d’études de la conscience à l’Université de l’Arizona.

[60] Sir Roger Penrose, physicien et mathématicien. Il enseigne les mathématiques au Birkbeck College de Londres.

[61] Anirban Bandyopadhyay, PhD, à l’Institut national des sciences des matériaux de Tsukuba au Japon et maintenant au MIT.

[62] Patrice Brasseur, dispense un enseignement Théosophique et principalement d’Alice Bailey : http://www.psychosophie.com/

[63] Henry P. Stapp, physicien théoricien de l’université de Californie-Berkeley.

[64] Pierre Jovanovic, a été journaliste au Matin de Paris puis au Quotidien de Paris et rédacteur en chef des informations technologiques de Missive de France Câbles & Radio. Il coanime depuis 2009, sur la radio associative « Radio Ici et Maintenant », une revue de presse internationale.

[65] Dr Mario Beauregard, chercheur en neuroscience, agrégé du département de psychologie à l’Université de Montréal. Il est coauteur avec la journaliste Denyse O’Leary de livre « Du cerveau à Dieu ».
Site : https://drmariobeauregardfr.com/

[66] Dr Elisabeth Kübler-Ross (1926-2004), psychiatre, pionnière de l’approche des soins palliatifs pour les personnes en fin de vie. Elle s’est intéressée aux expériences de mort imminente. Un prix de recherche « Elisabeth Kübler-Ross » est décerné tous les deux ans. Elle est inscrite au National Women’s Hall of Fame. Un de ses livre « Les derniers instants de la vie »

[67] Bruce Lipton, biologiste, ancien chercheur à l’École de médecine de l’Université de Stanford.
Auteur du livre « La biologie des croyances »

[68] Philippe Guillemant, ingénieur physicien français. Docteur en Physique du Rayonnement. Ingénieur de Recherche Hors Classe au CNRS de Marseille. Spécialiste d’intelligence artificielle, il a reçu pour ses travaux plusieurs distinctions dont le Cristal du CNRS. Ses trois livres : « La Route du Temps », « La Physique de la Conscience » et « Le Pic de l’Esprit ».

[69] Stephen William Hawking (1942-2018), physicien théoricien et cosmologiste. Professeur de mathématiques à l’université de Cambridge de 1980 à 2009, chercheur distingué du Perimeter Institute for Theoretical Physics. Son best-seller « Une brève histoire du temps / A Brief History of Time ».

[70] L’influence du futur sur le présent, ou rétrocausalité, de Philippe Guillemant, a fait l’objet d’une expérimentation scientifique publiée dans une revue à comité de lecture.

[71] Wolfgang Ernst Pauli (1900-1958), physicien autrichien, prix Nobel de physique de 1945.

[72] Carl Gustav Jung (1875-1961), fondateur de la psychologie analytique et penseur influent.

[73] Dr Jean-Jacques Charbonier, médecin anesthésiste. Livres « Les 7 bonnes raisons de croire en l’au-delà », « La mort expliquée aux enfants mais aussi aux adultes », « Les 3 clés pour vaincre les pires épreuves de la vie », « Histoires incroyables d’un anesthésiste-réanimateur ». Site : https://www.abctalk.fr/

[74] Dr George G. Ritchie (1923-2007), il a été président de l’ Académie de médecine générale de Richmond, président du département de psychiatrie de l’hôpital Towers, fondateur et président de l’Universal Youth Corps, Inc et chef du département de psychiatrie au Northeast Alabama Medical Center régional.

[75] Victor Egger, psychologue, philosophe français, maître de conférences à la faculté de Bordeaux, il enseigna plus tard la philosophie et la psychologie à la Faculté des lettres de Paris.

[76] Dr Raymond Moody, psychiatre, a publié trois livre « La Vie après la vie », « Lumières nouvelles sur la vie après la vie » et « La Lumière de l’au-delà »

[77] Dr Maurice Rawlings (1922-2010), était chirurgien de guerre et cardiologue. Il a été professeur agrégé de médecine à l’Université du Tennessee et professeur à l’American Heart Association. Le Dr Rawlings est l’auteur de plusieurs livres, dont « Derrière les portes de la lumière » Ed. Le jardin des livres.

[78] Jean-Claude Perez, Docteur-ingénieur en Mathématiques et Informatique. Pionniers français des « réseaux neuronaux » et de l’Intelligence Artificielle. Son livre : « Codex Biogenesis : Les 13 codes et harmonies de l’ADN Tome 1, Du génome vers l’atome » (https://www.amazon.co.uk/).

[79] http://www.sacred-geometry.es/?q=en/content/phi-and-music-dna

[80] Stuart Mitchell, pianiste et compositeur écossais. En 2008, Stuart Mitchell publie, « DNA Variations », une musique traduite de séquences d’ADN et en 2016 « Fly - Orchestral Suite », basée sur la musique mitochondriale de l’ADN des oiseaux et des êtres ailés.

[81] Susumu Ohno (1928-2000), généticien américain. Livre « Evolution by Gene Duplication ». Dans son ouvrage « Evolution by Gene Duplication », il proposa que le génome des vertébrés est le résultat d’une ou plusieurs duplications complètes du génome. Cette hypothèse est appelée l’hypothèse 2R ou bien l’hypothèse de Ohno.

[82] Perez, Jean-Claude, "Les populations de codons dans l’ADN du génome humain simple brin sont Fractal et affinés par le rapport d’or 1.618", Interdiscip Sci Comput Life Sci (2010) 2 : 228-240.

[83] Perez, Jean-Claude, "Codex Biogenesis".

[84] Christian Cambois Bonnemaison, livre « Science et spiritualité, l’alliance nécessaire : de A à Z »

[85] La petite voix, Eileen Caddy, Ed Souffle D’or.

[86] Paul Davies, physicien et écrivain. En 1995 il reçoit le prix Templeton et le prix Michael Faraday en 2002. Auteur de nombreux ouvrages d’excellente vulgarisation scientifique, dont L’Esprit de Dieu, Les forces de la nature, La Nouvelle Physique.

[87] Pr John Carson Lennox, mathématicien spécialisé dans la théorie des groupes. Il est professeur émérite de mathématiques à l’Université d’Oxford et agrégé de mathématiques et de philosophie des sciences au Green Templeton College de l’Université d’Oxford.

[88] Arno Allan Penzias, physicien. Lui et Robert Woodrow Wilson sont colauréats d’une moitié du prix Nobel de physique de 1978.

[89] William Daniel Phillips, physicien. Lui, Steven Chu et Claude Cohen-Tannoudji sont colauréats du prix Nobel de physique de 1997.

[90] Arthur Holly Compton, physicien. Il est lauréat de la moitié du prix Nobel de physique de 1927.

[91] George Ellis, astrophysicien. Il est lauréat du Prix Templeton en 2004.

[92] Fred Hoyle, astronome. Il fut un des pionniers de la nucléosynthèse dans les étoiles.

[93] Wernher von Braun, ingénieur. Il a joué un rôle majeur dans le développement des fusées.

[94] Melchisédech, personnage biblique qui apparaît dans l’histoire d’Abraham dans le livre de la Genèse. Résumé du « Traité de Melquisédec », recueilli par Alain Houel en 2001.